Skip to main content

Georges Laraque: Is the Code an Essential Part of Hockey?

The "code" is part of the world of sports, as for most athletes, it comes with the job – whereas for some folks watching from the outside, it is something absurd that has no place in sports.
USATSI_15718103

(Scroll below for the French version)

Ahh, the code! 

The code is actually part of the world of sports, as for most athletes, it comes with the job – whereas for some folks watching from the outside, it is something absurd that has no place in sports. 

The reason is simple: the code, as we like to describe it, is often associated with an act of physical force, push-and-shove, and even fighting.

I could go on about the code, in different sports. But let’s take baseball, for example. A batter doing a bat flip after hitting a home run, or a batter who’s trying to run base when his team is up by 10 points, towards the end of the game are two examples where you know the pitcher will hit you with a fastball. 

Another instance would be where the other team clears the bench for a brawl. It’s the code in baseball. And there’s so much more I could have added here, but I’m guessing you want to know my thoughts about the code in hockey.

In a physical sport like hockey where fighting is allowed, it’s not hard to come to the conclusion that the consequence of breaking the code will end up in having to face the music by dropping the gloves.

You see, before my time in the NHL, there was a time where there was no instigator rule for fighting. Thus, if you didn't drop the gloves after your opponent did in front of you, you were going to have a bad time. 

It was an era where most players weren’t afraid to go to war. When the instigator penalty rule came about, more players became braver, especially agitators, since they could always hide behind the referees after irritating the opposition. So, infighting, there was a code: if you want to engage with another player, you had to make sure he was willing – so we would ask: “Do you wanna go?” “Do you wanna dance?” 

Kind of like sending a fax.

Also during a fight, you’re not supposed to hit an opponent when he's down. You’re supposed to stop when the referees come in; you’re supposed to stop when your rival is hurt and is signaling you to stop.

During my career, I remember being criticized by some in the media for not being mean enough – that I should punch first and talk later. I even have that article, which I’m dying to post to show you, but I don’t want to put that journalist on the spot.

Think about it, I’m fighting for a living. I fight heavyweights, all comers, and I was criticized by some because I wasn’t mean enough? Had I killed someone in a fight, I would have had to deal with that the rest of my life, and with the strength heavyweights have, it was always a possibility.

The code was in place to prevent exactly that. Of course, not every fighter respected the code. I got the respect of my peers, in the fighting world, because they knew I always fought with honor and respected the code. Yes, the goal is to win a fight, but not to embarrass or hurt your opponent, on purpose.

Let’s talk about another version of the code. Since there’s less fighting, some players are braver and we’re seeing more and more dirty plays, dangerous plays. The code for it: if you live by the sword, you die by the sword. Players who want respect in this league, and who cross that line, will need to answer the bell, when the time comes. This is the part that many outsiders don’t get, yet this is how it is in the world of sports.

And don’t talk to me about suspension not being harsh enough.

It doesn’t matter how many games someone gets for a cheap shot, players or the team will always back up one of their own. We’re a family. If someone gets hurt, our team is going to respond.

There are many examples of that. For instance, Paul Byron answered the bell with MacKenzie Weegar of the Florida Panthers. He got a concussion as a result, yet gained something more important, respect from his peers. 

Further, Matthew Tkachuk answered the bell with Zack Kassian, where we all knew it was coming, and Tkachuk, a good player, got respect for it. Evgeni Malkin also answered the bell with Blake Wheeler, a couple of years ago. The Penguins even called up a tough guy for the game in order to protect their star player, but Malkin wanted to answer the bell.

Moreover, look at what Tom Wilson did to the Rangers last year. Yes, you can say that it was easy for him to take liberties against that team, as he was playing with Zdeno Chara, and that there was no one in the Rangers line up to match him. 

But because of the code, we knew the team would respond, especially after losing their best player, Artemi Panarin. We all waited for that game, and the entire Rangers team answered the bell. Oh, and for those who think fighting is boring, know that for that game, the ratings went up the roof as everyone wanted to see what was going to happen.

Because of the recent incident between these two teams, the Rangers have acquired Ryan Reaves, from Vegas, who remains the lone undisputed toughest guy in the league. What do you think will happen now when the Rangers play the Caps?

Furthermore, what is going to happen when Mark Scheifele plays Montreal, again, after hurting Jake Evans?

This is all part of the game. It’s the code players will always live by!

-----

Le CODE est-il un élément essentiel du hockey?

Ah le code! Le code fait partie du monde du sport, et pour la plupart des athlètes, il vient avec le travail, alors que pour certaines personnes qui regardent de l’extérieur, le code est absurde et n’a pas sa place dans le sport. La raison pour cela est simple. Le code, comme nous aimons le décrire, est souvent associé à un acte de force physique et même de combat.

Je pourrais parler du code, dans différents sports, mais prenons le baseball, par exemple. Un frappeur qui ferait virevolter son bâton après avoir frappé un coup de circuit, ou encore un frappeur qui essaie de voler des buts quand son équipe est déjà en avance de 10 points, vers la fin de la partie : ce sont deux exemples où vous savez que le lanceur pourrait vous atteindre avec une balle rapide. Un autre exemple, c’est lorsque l’équipe adverse quitte le banc pour une bagarre. C’est le code du baseball. Il y a tellement d’autres éléments que j’aurais pu ajouter, mais je suppose que vous voulez savoir ce que je pense du code au hockey.

Dans un sport physique, comme le hockey, où les combats sont permis, il n’est pas difficile de conclure que la conséquence d’enfreindre le code finira par avoir à faire face à la musique, en laissant tomber les gants!

Avant que je sois dans la LNH, il y avait une époque où il n’y avait pas de règle d’instigateur pour se battre. Ainsi, si un joueur laissait tomber les gants devant vous et commençait à vous frapper, si vous ne jetiez pas les gants, c’était dommage pour vous. C’était une époque où la plupart des joueurs n’avaient pas peur d’aller à la guerre. Lorsque la règle de pénalité est apparue, d’autres joueurs sont devenus plus courageux, surtout les agitateurs, car ils pouvaient toujours se cacher derrière les arbitres après avoir irrité l’opposition. Dans les combats, il y avait un code : si vous voulez vous battre avec un autre joueur, vous deviez vous assurer qu’il était d’accord. Donc, nous nous entendions, par exemple en se demandant: « Veux-tu y aller ? » « Tu veux danser? » C’était comme envoyer un fax.

De plus, lors d’un combat, vous n’êtes pas censé frapper un adversaire quand il est à terre. Vous êtes censé vous arrêter lorsque les arbitres arrivent; vous êtes censé cesser lorsque votre rival est blessé et vous indique d’arrêter.

Au cours de ma carrière, je me souviens avoir été critiqué par certains dans les médias pour ne pas être assez méchant! Selon eux, je devais frapper d’abord et ensuite parler. D’ailleurs, j’ai cet article, que je meurs d’envie de publier pour vous le montrer, mais je ne veux pas mettre ce journaliste sur la sellette.

Pensez-y, je me bats pour gagner ma vie, je combats des poids lourds, tous venus, et j’ai été critiqué par certains parce que je n’étais pas assez méchant? Si j’avais tué quelqu’un dans un combat, j’aurais eu à y faire face le reste de ma vie, et avec la force que les poids lourds ont, c’était toujours une possibilité…

Le code était en place pour empêcher cela. Bien sûr, ce ne sont pas tous les bagarreurs qui ont respecté le code. J’ai obtenu le respect de mes pairs, dans le monde du combat, parce qu’ils savaient que je me battais toujours avec honneur et que je respectais le code. Oui, le but est de gagner un combat; pas d’embarrasser ou de blesser l’adversaire, intentionnellement.

Étant donné qu’il n’y a pas autant de combats aujourd’hui, parlons d’une autre version du code. Comme il y a moins de combats, certains joueurs sont plus courageux et nous voyons donc de plus en plus de « jeux vicieux », des jeux dangereux.

Le code dicte: si vous vivez par l’épée, vous mourrez par l’épée. Les joueurs qui veulent du respect dans cette ligue, et qui franchissent le code, devront répondre à l’appel, le moment venu. C’est la partie que beaucoup de personnes de l’extérieur ne comprennent pas. Et pourtant, c’est comme ça dans le monde du sport.

Et ne me dites pas que la suspension n’est pas assez sévère!
Peu importe le nombre de match qu’un joueur obtient pour un coup salaud, les joueurs ou l’équipe entière supporteront toujours un des leurs. Nous sommes une famille! Si quelqu’un est blessé, notre équipe va réagir.

Il y a de nombreux exemples de cela. Entre autres, Paul Byron a répondu à l’appel avec MacKenzie Weegar des Panthers de la Floride. En conséquence, il a subi une commotion cérébrale, mais a gagné quelque chose de plus important: le respect de ses pairs. De plus, Matthew Tkachuk a également répondu à l’appel avec Zack Kassian, où nous savions tous qu’il allait se passer quelque chose. Tkachuk, un bon joueur, a obtenu le respect de ses pairs pour avoir respecté le code. Il y a quelques années, Evgeni Malkin a aussi répondu à l’appel, avec Blake Wheeler. Les Penguins ont même appelé un dur pour le jeu afin de protéger leur joueur vedette, mais Malkin voulait répondre à l’appel.

De plus, regardez ce que Tom Wilson a fait aux Rangers, l’an dernier. Oui, vous pouvez dire que c’était facile pour lui de prendre des libertés contre cette équipe, puisqu’il jouait avec Zdeno Chara, et qu’il n’y avait personne dans la ligne des Rangers pour l’égaler. Mais à cause du code, nous savions que l’équipe répondrait, surtout après avoir perdu leur meilleur joueur, Artemi Panarin. Nous avons tous attendu ce match, et toute l’équipe des Rangers a répondu à l’appel. Et, pour ceux qui pensent que se battre est ennuyeux, sachez que pour ce jeu, les cotes d’écoute grimpé en flèche, puisque tout le monde voulait voir ce qui allait se passer.

En raison de cet incident entre ces deux équipes, les Rangers ont acquis Ryan Reaves, de Vegas, qui reste le seul homme fort incontesté dans la ligue.

Que se passera-t-il quand les Rangers joueront contre les Caps?

De plus, qu’arrivera-t-il lorsque Mark Scheifele jouera à Montréal, après avoir blessé Jake Evans?

Tout cela fait partie du jeu. Les joueurs vivront toujours selon le code!

TOP HEADLINES

USATSI_12694039

Will Bergeron and DeBrusk Return to the Bruins?

The Boston Bruins' first-round elimination by the Carolina Hurricanes leaves general manager Don Sweeney facing some interesting off-season decisions.

2022 IIHF World Championship

Men's World Championship Roundup: Tight Games Aplenty

Sweden and Switzerland are still looking strong, while Norway and France both scored big wins, in Wednesday's World Championship action in Finland.

Screenshot_1
Play

From the Archives: The Magic Elixir That Amazed the Rangers

Since there was nothing in the National Hockey League's 1950-51 rulebook that forbade the Rangers from drinking a "magic elixir" to gain a playoff berth, the Blueshirts did sip -- and sip and sip.