Skip to main content

Georges Laraque: Is the NHL Still a Gladiator Sport?

In his first article, Georges Laraque opens up about his career as an enforcer, the state of fighting in the game today and the role tough guys have played over time.
TomasVokoun_RuslanSalei_GeorgesLaraque

(Scroll below for the French version)

Hello everyone!

It’s an honor and a privilege for me to join the Sports Illustrated and The Hockey News family. 

Every week, I will share my thoughts and opinions on a hot topic for you, the readers. Ever since I was a young athlete dreaming to play in the NHL, I was an avid reader and huge fan of these prestigious magazines. Today, I’m humbled to be a contributor.

My name is Georges Laraque. I’m a 13-year NHL veteran. I played for the Edmonton Oilers, Phoenix Coyotes, Pittsburgh Penguins and the Montreal Canadiens. With over 200 professional fights in my career, I was known as an enforcer, tough guy, a goon, gladiator. 

In my mind, however, that role is more of a protector and entertainer.

For my first article, I thought it would be natural to talk about the status of fighting in the NHL. It’s a topic that still brings a lot of debate and I thought it would be interesting to hear it from someone who fought for a living to protect his teammates.

To begin, the status of the game today has changed quite a lot since its beginnings. Fighting, throughout the years, has gone down quite a bit. Some would say it’s good because it shows that the game is evolving, and there are others that would disagree, as they feel it’s an integral part of the game.

Still, today’s game is exciting! 

It’s never been faster, more skilled and spectacular. The decrease in fighting is giving more room for small skilled players to play in the NHL. I definitely am a fan of today’s game and still watch a lot of hockey, every week. Nevertheless, since fighting in the NHL is what put bread on the table for me, I will always defend that position. 

It would be too easy, now that I’m retired, to speak my mind against it; I would feel like a hypocrite. I knew the danger I got myself into when I decided to be a fighter, so if I wasn’t debating the status of fighting then, why would I now?

When I reflect on the job I did, I still cannot believe I did this for so long. I had a few conversations with my friend and former UFC champion Georges St-Pierre about this. He was telling me how UFC fighters fight on average twice a year, and that we hockey players were crazy to fight on a regular basis, sometimes twice in the same game. Some guys fought over 30 times in a season, with no gloves, bare-knuckle fighting on the ice with no mat, and risking knocking our head on the ice at the end of a fight with a takedown.

One thing that is often forgotten, or not known to many fans, is that the hardest part of fighting is not the action part itself, but rather the anxiety building up before the fight, not knowing, every single game, if it’s going to happen or not. Every game, millions of people watching, are recording the game, and as an NHL player enforcer your honor is at stake, and so is your job. 

And so is your life.

No wonder many people say it’s the hardest job in professional sport. Most of my brothers who had this role, like me, didn’t like it. We fought our way to make it to the NHL and had to keep fighting to keep our spot because we weren’t as talented as Wayne Gretzky, Mario Lemieux, and many other stars. Knowing that we were kind of like the big brothers to the star players on our team and protecting them, so they didn’t have to worry about getting pushed around, was our raison d'être, and it made us feel important.

Oftentimes, tough guys were fan favorites on every team. My thought on this is that most fans are working hard for their money, so they can go to a hockey game, buy hockey memorabilia, as they love their team! On a hockey team, that’s exactly what tough guys are – working hard, sweat & blood, for their money: often less paid players, play less, get less recognition, covered in blood sitting in the corner of the dressing room, but often the nicest guys in the world. I myself hated fighting, but I figured that if I was going to be the best at it, feared by others, I wouldn’t have to do it as much. 

However, to do this type of job, you have to be able to transform into a completely other person, a gladiator, and when it’s over, you become yourself again until the next game.

As crazy as this sounds, I wouldn’t change anything in my career, and feel lucky that with so many fights, I’ve gotten no concussion or ill effects from the job.

And to be honest, I take more pride in my NHL hat-trick than any of my fights. Because at the end of the day, the objective of a game is to score more goals than the opponents.

Unfortunately, many of my peers who, like me, fought for a living weren’t so lucky. May God bless their souls.

And so, even if we don’t see them as often as we used too, there’s nothing better than a good hockey fight to settle scores or change momentum in the game.

You know, during a game, when a team scores, fans of that team stand up and cheer; when there’s a fight, everyone is on their feet cheering, and that for a gladiator going to battle, is rewarding because after all, for the fans, we’re all here to entertain you.

As a former enforcer, it was an honor for me to protect my teammates, that was my role, which I forever will stand by. Even though the game has changed, my peers and myself, to this day, feel your support and appreciate the love we’re getting from you guys out there.

-----

La LNH est-elle toujours un sport de Gladiateur?

Bonjour à tous, c’est un honneur et un privilège pour moi de me joindre à la grande famille de Sports Illustrated et de The Hockey News. 

Chaque semaine, sur leur site Web, je partagerai, avec vous, mes pensées et mes opinions sur un sujet brûlant. Depuis que je suis un jeune athlète, qui rêve de jouer dans la LNH, j’étais un lecteur avide et un grand fan de ces magazines prestigieux, et donc aujourd’hui, c’est avec une grande humilité que je me joins en tant que contributeur.

Je m’appelle Georges Laraque, ancien vétéran de 13 ans de la LNH. J’ai joué pour les Oilers d’Edmonton, les Coyotes de Phoenix, les Penguins de Pittsburg et les Canadiens de Montréal. Avec plus de 200 combats professionnels dans ma carrière, j’étais connu comme un enforcer, un gars dur, un goon, un gladiateur, mais dans mon esprit, ce rôle est plus celui d’un protecteur et d’un divertisseur.

Pour mon premier article, il serait naturel de parler de la situation des combats dans la LNH. C’est un sujet qui suscite encore beaucoup de débats et j’ai pensé qu’il serait intéressant de l’entendre de la part de quelqu’un qui s’est battu pour gagner sa vie, pour protéger ses coéquipiers.

Pour commencer, le hockey d’aujourd’hui a beaucoup changé depuis ses débuts et les combats, au fil des ans, ont grandement diminué. Certains diront que c’est bon car cela démontre que le jeu évolue; d’autres diront qu’ils ne sont pas d’accord parce qu’ils ont l’impression que c’est une partie intégrante du jeu.

Pourtant, le match d’aujourd’hui est excitant! Il n’a jamais été plus rapide, aussi habile et spectaculaire. La diminution des combats donne plus d’espace aux petits joueurs d’habileté pour jouer dans la LNH. Je suis définitivement un fan du hockey d’aujourd’hui et je regarde encore beaucoup de parties, chaque semaine. Néanmoins, puisque me battre dans la LNH est ce qui m’a mis du pain sur la table, je défendrai toujours cette position. Ce serait trop facile, maintenant que je suis à la retraite, de me prononcer contre. Je me sentirais comme un hypocrite. Je savais très bien le danger dans lequel je me suis mis quand j’ai décidé de me battre, alors si je ne débattais pas de l’état des combats à l’époque, pourquoi le ferais-je maintenant?

Quand je réfléchis au travail que j’ai fait, je ne peux toujours pas croire que je l’ai fait pendant si longtemps. J’ai eu quelques conversations avec mon ami Georges St-Pierre (ancien champion de l’UFC) à ce sujet. Il me racontait comment les combattants de l’UFC ou des boxeurs se battent en moyenne deux fois par année, et que nous, les joueurs de hockey, étions fous de nous battre régulièrement, parfois deux fois dans le même match. Certains gars plus de 30 fois dans une saison, sans gants, les jointures nues se battant sur la glace sans tapis, et risquant de nous frapper la tête sur la glace à la fin d’un combat.

Une chose souvent oubliée ou méconnue de plusieurs fans, est que la partie la plus difficile du combat n’est pas dans l’action vive elle-même, mais bien dans l’anxiété qui s’accumule avant le combat, ne sachant pas, à chaque match, si cela va se produire ou non. Chaque match, des millions de personnes regardent, enregistrent la partie, et en tant que joueur de la LNH avec notre rôle d’homme fort, notre honneur est en jeu, tout comme notre travail, et notre vie…

Pas étonnant que plusieurs affirment que ce travail est le plus difficile dans le sport professionnel. La plupart de mes confrères qui avaient ce rôle n’aimaient pas se battre, tout comme moi, mais nous nous sommes frayé un chemin dans la LNH de cette façon. Et, nous avons dû continuer à nous battre pour garder notre place, puisque nous n’étions pas aussi talentueux que Wayne Gretzky, Mario Lemieux, ou d’autres joueurs étoiles.

Sachant que nous étions un peu comme les grands frères des joueurs vedettes de notre équipe, que nous étions là pour les protéger afin qu’ils n’aient pas à s’inquiéter de se faire bousculer, étaient pour nous notre raison d’être, ce qui nous valorisait dans notre rôle.

Souvent, les gars durs étaient les favoris des fans, dans chaque équipe. Ma pensée à ce sujet est que la plupart des fans sont des travaillants, travaillant dur pour leur argent, afin qu’ils puissent aller à un match de hockey, acheter des souvenirs de leur équipe!

Dans une équipe de hockey, c’est exactement ce que sont les hommes forts. Ils travaillent dur, suent et saignent pour leur argent, souvent les joueurs les moins payés dans une équipe, qui jouent le moins, obtiennent moins de reconnaissance, sont couverts de sang assis dans le coin du vestiaire, mais qui souvent sont les gars les plus gentils du monde.

Je détestais moi-même me battre, mais je me suis dit que si je devenais le meilleur, je n’aurais pas à le faire autant car je serais craint par les autres.

Par contre, pour faire ce genre de travail, il faut être capable de se transformer, d’être une autre personne, un gladiateur, et quand c’est fini, tu redeviens toi-même … jusqu’au prochain match!

Aussi fou que cela puisse paraître, je ne changerais rien à ma carrière, et je me sens chanceux qu’avec autant de combats, je n’ai eu aucune commotion cérébrale ou effet néfaste du travail. Malheureusement, beaucoup de mes pairs qui, comme moi, se sont battus pour gagner leur vie n’ont pas eu cette chance. Que Dieu bénisse leur âme.

Et, en fait, pour être honnête, je suis plus fier du tour du chapeau que j’ai fait dans la LNH que de n’importe lequel de mes combats. Après tout, l’objectif d’un match est de marquer plus de buts que les adversaires.

Enfin, à mon humble avis, même si nous ne les voyons pas aussi souvent qu’auparavant, il n’y a rien de mieux qu’un bon combat de hockey pour régler des comptes ou changer l’allure d’un match.

Vous savez, pendant un match, lorsqu’une équipe marque, les fans de l’équipe se lèvent et applaudissent. Quand il y a un combat, tout le monde est debout en acclamant. Et cela, pour un gladiateur qui va au combat, c’est gratifiant parce qu’après tout, pour les fans, nous sommes là pour vous divertir.

En tant qu’ancien homme fort, c’était un honneur pour moi de protéger mes coéquipiers, c’était mon rôle, que je défendrai à jamais. Même si le jeu a changé, mes pairs et moi-même, à ce jour, ressentons votre soutien et apprécions tout l’amour que vous nous exprimez! 

TOP HEADLINES

USATSI_19149561

Where the Edmonton Oilers Stand Halfway Through the Preseason

Just after the halfway point of the preseason, the Edmonton Oilers have a solid idea as to who will be playing on October 12th, but there are still a few elements on this team to talk about.

USATSI_19135600

NHL Burning Questions: Vegas Golden Knights

Adam Proteau takes a look at the burning questions surrounding the Vegas Golden Knights ahead of the 2022-23 NHL season.

USATSI_19142741

Screenshots: KHL Uncertainty, Sami Jo Small, and the Kraken Mascot

Adam Proteau looks at the uncertainty surrounding North American players in the KHL, the PHF's Toronto Six hiring Sami Jo Small, and the unveiling of the Seattle Kraken's new mascot.